Movies < Critiques USA < Fight Club




Réalisateur David Fincher.
Acteurs Brad Pitt, Edward Norton, Helena Bonham Carter.
Genre Etrange
Durée 2h13

Si vous voulez un film qui vous marque jusqu'à la fin des temps, qui vous laisse son empreinte dans votre cervelle, qui vous traumatise, qui reste là, encore et toujours... Qui vous fasse réfléchir sur votre sort et sur notre sort à tous... Vous l'avez trouvé, sans contestations possible. D'un conteste anarchiste et bordelique, Fight Club remet tout en cause. Pour montrer a quel point nous pouvons être ce que nous sommes. Contre un style de vie fait de publicité. Si on devait faire plusieurs phrases pour résumer Fight Club, cela donnerait à peu près ça : "Les choses que l'on possède finissent par nous posséder. Tu n'es pas ton job. La solution est l'auto-destruction. En Tyler nous mettons notre foi. La première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La deuxième règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. Tyler Durden dit : "Vous êtes la merde de ce monde prêt à tout servir". Le Fight Club n'existe qu'entre l'heure du début et l'heure de la fin du Fight Club. Chaos. Confusion. Savon.". Voilà, Fight Club c'est exactement tout ça. On prend tous ces mots, on les met dans un mixeur, vous appuyez sur le bouton, et c'est comme si vous regardiez le film. Bizarre.

Alors maintenant que je vous ai présenté le film à l'arrache, comme un joyeux bordel qu'il est, passons à l'histoire... Jack (Edward Norton) nous raconte le film. Il est blasé de la vie. Il a tout chez lui. Meubles, télévision, table de salon, frigidaire... Son plaisir est d'acheter des meubles décoratifs en bois pour son appartement. Il travaille la journée comme beaucoup, et la nuit il souffre d'insomnie. Il cherche donc une solution. Il l'a trouvé par hasard, en allant à différentes réunions de grave problèmes de quelques hommes (ou femmes) du genre cancer des testicules (ça c'est pas pour les femmes, lol). Dans ces réunions, il pleure cela le soulage... Et alors en allant à ce genre de réunions, il retrouve son sommeil... "Et... Elle... A tout foutu en l'air..." pour reprendre ces propres mots. Elle s'appelle Marla (Helena Bonham Carter), et va à toutes les mêmes réunions que lui (sauf qu'elle y va parce qu'elle est au chaud et parce que c'est moins cher que le ciné), même au cancer des testicules. Du coup, ça le perturbe et n'arrive donc plus à dormir la nuit. En voyageant pour son travail (il travaille pour une entreprise de voiture - "de marque très connu" selon lui - qui l'envois faire des expertises d'accidents à travers le monde), il rencontre dans un avion Tyler Durden (Brad Pitt) avec qui il discute philosophie à deux balles ("je vous montre ma queue ou mon cul quand je passe devant vous ?"), et dont il lui laisse sa carte de visite. Jack rentre donc chez lui... Et voit son appartement dans la rue, dévasté par une explosion, avec la police et les pompiers. Il décide alors d'appeler quelqu'un au hasard. Le premier numéro qu'il trouve dans sa poche est celui de Marla. Il l'appelle, mais raccroche tout aussi vite, et ressort un autre numéro : celui de Tyler bien entendu. Ils se donne rendez-vous et se voient dans un bar, puis discutent un peu de tout. Tyler fait divers job où il fou un peu sa merde, et fabrique des savons... A la fin, ils sortent, et Tyler demande à Jack de le frapper. Ils se battent alors derrière le bar et rentrent chez Tyler pour dormir (enfin passer la nuit quoi). Le lendemain (et tous les jours qui suivent), ils partent bosser (enfin Jack), et retournent se bastonner derrière le bar. Tous les soirs, ils s'aperçoivent que de plus en plus de monde les regarde et demande à se battre. Ils décident donc de se trouver un endroit pour combattre tranquillement. Ils fixent des règles dont voici les deux premières : la première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club, la deuxième règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. Le Fight Club n'existe qu'entre l'heure du début et l'heure de la fin du Fight Club. Et cela continu comme ça. Jack a trouvé ce qu'il lui fallait. Au travail il se retourne plusieurs fois contre son patron sur les conseils de Tyler. Cet homme... Tyler Durden... A inexorablement changé sa vie... Avec ses sentiments anarchistes et ses connaissances diverses d'alchimiste... Il n'inspire rien de bon. Mais pour Jack, c'est un exemple, une admiration. Qui est Tyler Durden ? Pourquoi Jack l'admire t-il autant ? Que va t-il advenir du Fight Club ? Va t-il s'éteindre ou au contraire s'amplifier à n'en plus finir ? Si je pose la question... Vous le saurez dans le prochain épisode ! Ou plutôt en vous ruant sur le film...

Réalisé par David Fincher (Seven, The Game, Alien 3) en 1998, avec comme acteurs principaux Edward Norton (American History X), Helena Bonham Carter, et Brad Pitt (L'armée des 12 Singes, Seven). Ils jouent tous très bien leur rôle de taré, c'est du grand art pour tous les trois. Même mon grand ami Brad (c'est ironique bien sur, lol) dont à qui je n'ai pas l'habitude de mettre en avant les talents d'acteurs (non pas qu'ils sont mauvais, bien au contraire, il n'y a qu'à voir Seven pour s'en persuader... c'est plutôt son cas d'idole pour gamine en manque qui m'énerve, et je ne dois pas être le seul sûrement), fait son travail à merveille, sans problème ! Bonham Carter et Norton jouent tout aussi bien, y'a rien à dire. Le réalisateur s'est pris au jeu du film, et nous offre des scènes remarquablement tournées... Par son aspect de réalisateur trash, il s'est engagé sur ce film qui ne l'ai pas moins (même à l'opposé), et ne faillit à aucun moment. Oui, comme je l'ai dit plus haut, remarquable. Il s'est vraiment pris au jeu du film comme je vous l'ai dit, puisque il a entrecoupé les bandes d'images de film pornographiques... lol ! Je suis sur que vous ne comprenez pas (et c'est obligé si vous n'avez pas vu le film, j'ai pas raison ? lol), je vous explique donc : Tyler travaille sur des bobines de film de cinéma, et il s'amuse à entrecoupé les bandes de photos pornographiques... Comme il le dit si bien, "il faudrait être plus rapide qu'un éclair pour les voir"... C'est alors qu'on retrouve un sexe masculin d'un quart de seconde au moment du baiser entre Blanche Neige et son Prince charmant... Excellent.

Mais, y a t-il quelques chose, ou quoi que ce soit à retenir quand on a vu tout ça...? Bah, comme dans tous les plus grand, normalement oui... Une fois que vous aurez vu ce film, que dis-je, ce chef-d'œuvre, vous réaliserez que vous n'êtes rien, un petit pion de l'humanité, non plutôt de la société actuelle... Oh, là j'y vais un peu fort, lol. Mais je plaisante, ne vous fâchez pas Mesdames Messieurs ! Mais d'un autre côté... Après l'avoir vu, on se sent comme un pion... On se dit que ces choses là, le fait de "péter un câble" comme on dit, ça peut nous arriver à tous et n'importe quand... Il suffit qu'une chose ne va pas dans votre vie, que vous soyez blasé de quelques chose (un peu comme dans "Chute Libre" avec Michael Douglas), pour que votre vie se mette à changer d'un tout au tout, que vous soyez à l'opposé de ce que vous étiez il y a à peine quelques semaines... "Tu n'es pas ton travail" pour reprendre mon pote Tyler. Tout est en vous, vous êtes votre destin. Malgré tout ça... Faîtes attention aux gens qui vous entoure, et surtout à celle que vous pensez connaître le mieux : vous même. Voilà, je pense que c'est ce message qu'il faut retenir. Maintenant, il est vrai qu'il y a eu beaucoup de mauvaises critiques sur ce film... Ah, c'est sur, on aime ou on aime pas, c'est clair. Mais bon, moi je dis qu'il faut le mater pour se faire une idée.

Le dvd est disponible prix mini, son édition collector doit être un peu plus chère, mais rien que pour le digipak en carton de "ouf'", ça vaut le coût ! Avec le film vous aurez droit aux commentaires, et dans le dvd bonus aux scènes coupées, des clips vidéos, les story-boards, les bandes annonces, les spots TV US, les biographies de l'équipe du film, une interview d'Edward Norton, plus de 150 photos du tournage... Les dvd sont magnifiquement animés par des images saccadées et les différentes musiques de la bande originale by The Dust Brothers. Rien que le menu principal donne le ton et l'ambiance du film... Et on aime. Pour en revenir aux musiques, elles entre parfaitement dans le film. Elles sont tout aussi bizarre, c'est excellent. D'ailleurs je pense en faire la critique d'ici peu... Le son des dvd sont en Dolby Digital 5.1 Surround Ex en Anglais et Français, donc de bonne qualité ! lol.

Voilà, je pense vous avoir tout dit sur ce chef-d'œuvre... Même si je pourrai en parler des heures... Maintenant que je l'ai vu, et revu, et rerevu, et... (Bon je passe sinon on en fini plus), je me sens mieux. Je suis à l'aise dans mes baskets et je suis heureux de vivre... Oui ça a changer ma vie. Oh put*in, qu'est ce que je raconte moi, n'importe quoi... Plus sérieusement, il est clair que quand on l'a regardé, on change sa vision de la société et sa philosophie sur le - u plutôt "ce" - monde qu'est le notre. Fight Club élargie notre vue, d'un point de vue simple et à la fois compliqué, sur absolument tout. Fight Club, c'est Fight Club... pour moi, c'est fini de parler, de films sans évoquer celui-ci.

Master of puppets dit... "Use soap".

Master of Puppets

Webmasters : Tequila et Aoshi
copyright "The World is yours" 2004

Designed by Aoshi & Tequila