Movies < Critiques Asie < L'été de Kikujiro


 


Réalisateur Takeshi Kitano
Acteurs Takeshi Kitano, Daike Yuko, GREAT Gidayu, Ide Rakkyo, Imamura Nezumi,
Genre Comédie
Titre original Kikujiro no natsu
Durée 2 heures 

Pour sa 8ème oeuvre, Mister Kitano abandonne les yakuzas et signe un film qui prend à contre pied tout ce qu'on pouvait attendre de lui. L'été de Kikujiro est en effet une comédie que l'on pourrait qualifier de "toute mimi". Une chose est sûre, le réalisateur/scénariste/monteur/comédien/comique/peintre/musicien/ écrivain (ouf!) n'a pas fini de surprendre et ceux qui croyaient qu'il finirait par tourner en rond se carrent le doigt dans l'œil jusqu'aux sourcils! Les fans du monsieur seront certainement surpris, mais sachez que "l'été de Kikujiro" garde l'essentiel du style habituel de Kitano-san et va même plus loin encore sur certains points. Bon, après cette introduction ma foi rondement menée, je vous propose d'entrer dans le vif du sujet.

Masao est un gamin d'environ 10 ans. Il a perdu son père il y a longtemps et sa mère est partie (soi-disant pour le travail). Aussi, Masao vit avec sa grand-mère. Ce sont les grandes vacances, et tous ses amis partent en voyage avec leur famille. En retrouvant par hasard une photo de sa mère, il décide d'aller à sa recherche. Il sera accompagné par un ancien yakusa, tricheur et voleur. En chemin, des liens se tisseront entre les deux personnages et débute alors une formidable aventure à travers le Japon. Et voilà, on peut pratiquement résumer toute l'histoire ainsi. Kitano s'attaque donc à la sempiternelle histoire du gamin et du vieux baroudeur. Et si l'on pouvait avoir peur, une chose est claire : Kitano est aussi à l'aise quand il s'agit de parler de yakuzas ou de gamins (quoique la différence est parfois minime, surtout lorsqu'on repense à Sonatine).

Tout au long du film, on suit donc nos deux compères dans leurs aventures burlesques à travers le Japon. Le film est très original dans sa réalisation, quelques plans sont très osés (vue à travers les yeux multiples d'une libellule, plan-reflet sur un enjoliver d'une voiture,...) mais représentent bien l'univers du film, c'est comme si on voyait l'histoire à travers les yeux de Masao. Et pour renforcer cette impression le film est divisé en chapitres de livre d'enfant. Quant aux situations, au fur et à mesure qu'on avance dans le film, elles sont de plus en plus surréalistes, mais bizarrement, on ne s'y attarde pas, on regarde le film comme il vient, sans se dire que c'est n'importe quoi. On sait pertinemment qu'il peut se passer tout et n'importe quoi tout au long du film, à l'image des rêves de Masao.
Le film se veut émouvant mais est aussi très drôle (pour le peu qu'on aime cet humour très japonais). Il faut voir comment Kitano se démène pour réussir à se faire prendre en auto stop. De même dans la dernière partie du film, lorsque tout le monde joue avec Masao à des jeux de gamins, l'effet est très réussi. Après coup on se demande comment on a pu rire dans ces scènes de grand n'importe quoi. Et c'est là que réside le génie de Kitano, il réussit à nous captiver avec des scènes qu'on aurait rejeté dans n'importe quel autre film. En un sens, on retombe en enfance tout au long du film, thème cher à Kitano.

Le personnage de Kitano apparaît tout d'abord comme un monstre sans cœur qui ne pense qu'à l'argent, mais au fur et à mesure que l'histoire avance, on s'attache au personnage, qui tout en étant vulgaire et violent, est touchant de gentillesse. Il s'efforce tant bien que mal de rendre Masao heureux, mais tout en continuant à le traiter de "p'tit con". C'est ce qui fait le charme du personnage (si on peut appeler ça ainsi) car qui peut imaginer un Kitano qui ne soit ni violent, ni vulgaire? A côté de Kitano, on trouve une belle brochette de personnages tous aussi étranges les uns que les autres. D'ailleurs, on ne connaît pas leur nom, c'est Masao qui les nomme selon ses envies, on a donc le gentil tonton, le gros tonton ou encore le tonton chauve. Des personnages somme toute très attachants et tous sont complètements dévoués à la cause de Masao, qui devient le chef d'une bande d'hurluberlus au comportement puéril. Au final, on en vient à se demander qui sont les adultes et ou est l'enfant, car même si les adultes connaissent les difficultés de la vie (Kitano nous le rappelle lors d'une courte séquence entre les jeux) il y reste toujours une part d'enfant chez eux. 
Il y a quelque chose dont je n'ai pas encore parlé, il s'agit de la musique, point très important de chaque film de Kitano en particulier. A ce stade il n'y a plus vraiment de suspens, la bande originale de "l'été de Kikujiro est bien entendu composée par Joe Hisaishi. Celui ci a su changer de registre en s'adaptant au nouveau style de Kitano, et reste toujours aussi proche des images grâce à de splendides mélodies, entre nous, comment celà pourrait-il en être autrement? Voici donc l'une de ses meilleures compositions, une mélodie toute simple au piano qui sent bon les vacances. Si vous cherchez une musique qui reste dans la tête pendant des mois, vous avez déniché le gros lot, je n'ai pas pu m'en dépêtrer avant un sacré moment, alors attention, l'écouter, c'est l'adopter. Une parfaite représentation du film en musique.


L'été de Kikujiro est donc un OVNI cinématographique mais qui vaut sans aucun doute le coup d'être vu (et écouté). Le film est tellement dépaysant qu'il rend heureux toute la journée durant. Le film est beau, et pour une fois dans la filmo de Kitano il ne se finit pas mal, mais sans tomber dans la niaiserie de la plupart des films du genre où tout s'arrange finalement comme par magie. Masao n'est pas plus avancé à la fin (seul le plus naïf peut imaginer que sa mère décide comme par magie de revenir avec son fils qu'elle a abandonné) mais indubitablement, il est heureux, car il vient de passer les plus merveilleuses vacances de toute sa vie, et ça c'est ce qui importe le plus quand on est haut comme trois pommes.


Aoshi

Webmasters : Tequila et Aoshi
copyright "The World is yours" 2004

Designed by Aoshi & Tequila